Les caleçons La Modette façon Baleno ®

CALECON10 CALECON17  CALECON18

CALECON19 CALECON15

Caleçons en batiste de coton imprimée super cool de chez La Modette! Boutons trouves à Sham Shui Po chez Wing Fung International

Dans toute relation de couple, il arrive un moment je pense où tu dis que là, les fringues de ton mari c’est plus possible… Loin de moi l’idée de généraliser, mais j’ai l’impression que beaucoup d’hommes vouent une fidélité sans faille à leurs fringues préférées. Le mien fait partie de cette catégorie. Ça tombe bien d’un sens comme toute la famille boycotte les grandes enseignes cette année, mais quand on se retrouve en panne de ses caleçons préférés, ça veut dire qu’il va falloir que je m’y mette (c’est aussi ça « une année de couture »!!). A la base, on ne peut pas dire que ça m’enchantait plus que ça. Coudre un caleçon c’est quand même nettement moins excitant qu’une robe pour moi, ou que des petits bloomers pour ma fille… Mais La Modette a réussi à rendre ce challenge super fun!

Je suis archi fan de La Modette! La majorité de ses tissus sont bio, imprimés en Europe, encre certifiées GOTS (Global Organic Textile Standards), en plus ses imprimés sont vraiment sympas et le concept des préventes, ça s’inscrit complètement dans l’esprit de la Slow Fashion – on en reparlera plus tard de cette slow-fashion 😉 – bref quand j’ai vu ses petites gazelles et ses petits flamants bleus, ma carte bancaire n’a fait qu’un tour et zou j’ai passé commande! Si on compte 50cm par caleçon, on est dans un prix de revient approximatif de 11euros pour des caleçons complètement uniques, contre une dizaine d’euro pour un caleçon basique Baleno. Non seulement je réponds aux besoins directs de mon mari adoré, mais en plus ça lui fait un chouette cadeau pour sa première fête des pères ❤ (un chouilla en retard…)

Voici comment faire les caleçons façon Baleno ®… Lire la suite

Publicités

Les Atelières

Bustier constance

« Le sublime bustier en soie avec des perles fait en France et qui a nécessité des heures de travail? Adjugé pour 3 euros! »

J’ai lu ça en vacances au Japon, à 4h du mat, parce que ma fille de 6 mois a décidé que dormir la nuit, c’était pour les bébés. Au début, les yeux englués, j’ai cru que j’avais mal lu, qu’il devait manquer des zéros. Mais non. Le 19 mai 2015 a eu lieu la vente aux enchères de tout le matériel, de tout le stock des Atelières afin de solder leurs dettes, la société ayant été placée en liquidation judiciaire en février 2015. Tout devait partir, et à n’importe quel prix, on s’en fout. 2200 sublimes pièces adjugée pour 6000 euros, oui 6000 euros… Écœurée, dégoutée, super triste et fatiguée, je n’ai pas pu retenir quelques larmes. Je ne vais pas réécrire sur mon blog toute la poignante tribune que la directrice des Atelières, Muriel Pernin, a écrit pour l’occasion et publié sur le site du Monde, mais je vous invite grandement à la lire en cliquant sur le lien ici.

Les Atelières, c’était essayer de conserver le magnifique savoir de la lingerie haute-couture en France. Et malheureusement ça n’a pas marché pour plein de raisons que je ne vais pas lister dans ce billet, le but, ce n’est pas de refaire ce qui a été fait, maintenant c’est trop tard. Notre lingerie, même la plus chère sera à présent produite quasiment exclusivement en usine en Chine, en Tunisie, voire en Éthiopie et voilà tout. Je crois cependant qu’un irréductible fabriquant résiste encore et toujours à la délocalisation, Allande, qui, soit dit en passant, propose de la lingerie absolument sublime, mais qui ne vend que par correspondance, ou par démarchage/réunion entre filles. Je n’ai pas encore commandé chez eux, mais j’espère bien le faire pour mes prochains achats de lingerie!