Me Made May 2018

Et voilà, Me Made May c’est fini cette année! C’était la première fois que je participais (avant je n’avais vraiment pas assez de vêtements faits main) et ça valait vraiment le coup !

C’est la bloggeuse Zoe de “So, Zo, What do you know ?” qui a créé ce challenge. Le but, c’est de s’habiller avec au moins un vêtement que l’on a fait soi-même tous les jours de mai et de documenter tout ça. Chaque année je voyais des bloggeuses dont j’aime beaucoup le style qui le faisait, et du coup cette année, j’ai fait un peu l’inventaire dans mon placard et me suis lancée.

Au final, j’aurai réussi à jouer le jeu 16 jours sur les 31 de mai, soit plus de la moitié donc je suis assez contente 🙂 Et ce challenge qui n’a l’air de rien comme ça, m’a énormément appris sur :

  • Ce que j’aime réellement porter ;
  • Ce qui manque dans mon armoire ;

Lire la suite

Publicités

Sustainability…

… C’est un peu le mot présent dans toutes les bouches ces derniers temps. La semaine dernière se tenait le Copenhagen Fashion Summit où tous les grands noms/acteurs de la mode, les PDG et les ONG se retrouvent pour parler éthique et développement durable. La même semaine, Cate Blanchett ouvrait le festival de Cannes dans une sublime robe Armani Privé déjà portée en 2014. Et samedi dernier, Kate Middleton, dans le même esprit, venait assister au mariage d’Harry & Meghan dans une tenue Alexander McQueen qu’elle portait pour la 4ème fois. Pour faire passer un message contre la surconsommation (d’autres aussi diront qu’elle a eu la délicatesse de s’effacer pour que l’on ne parle que de la mariée). Après comme dit la copine avec qui j’ai regardé le mariage royal (elle m’a beaucoup fait rire) : « C’est super, on est contents, mais pour le mariage de ton beau-frère, ça peut valoir quand même le coup de t’acheter une nouvelle robe! ».

Et la mode éthique (car ce n’est pas forcément synonyme) n’est pas non plus en reste, fin avril, la Fashion Revolution battait son plein avec des milliers d’évènements organisés à travers le monde. Cette année, c’était difficile d’y réchapper sur Instagram, tout le monde est devenu un « fashion révolutionnaire ». Après, c’est peut-être parce que je choisis qui je suis sur IG, mais quasiment tout le monde cette année promouvait Fashion Revolution, y compris ceux qui d’habitude ne me donnent pas particulièrement l’impression d’être passionnés par la cause (ou dont le modèle de business ne semble pas s’inscrire dans cette démarche). 5 ans après sa création, le mouvement a pris une telle ampleur qu’on a l’impression que ça y est, les consommateurs sont devenus responsables. Je veux dire, on vit à une époque où maintenant, même les princesses s’habillent avec ce qu’elles ont dans leur placard. Donc c’est gagné !

Oui mais non, en fait, peut-être pas. Les consciences s’éveillent, c’est certain. Le nombre de consommateurs exigeant plus de transparence augmente. Mais la semaine après Fash Rev, on a tous retrouvés nos bonnes habitudes consuméristes, et les marques continuaient d’essayer de nous vendre leurs produits. Car il ne faut pas se mentir, la fringue la plus « sustainable » (je ne trouve pas de bonne traduction en français, alors je garde le mot anglais que tout le monde comprendra) que l’on ait est celle qui est dans notre placard (si tant est qu’elle n’est pas en polyester…). Ou dans celui de nos copines. C’est la fringue qu’on a déjà produite. Dès que l’on achète, on consomme des ressources et on a un impact indéniable sur l’environnement.

La semaine dernière CO publiait un rapport édifiant qui allait dans ce sens : en 2016, on a consommé 104 milliards de vêtements. La palme revenant aux USA et leurs 17 milliards. Soit 52 vêtements / habitant / par an… en moyenne !!! (En France, on en est environ à 22/habitant/an) C’est à dire que certain(e)s seront à bien plus. Bien plus qu’un vêtement par semaine. Et c’est absolument aberrant. Dès lors les arguments tels que « il faut produire pas cher car le consommateur n’a pas les moyens » peut aller à la poubelle. Car personne n’a besoin d’un nouveau vêtement par semaine. Même si l’étude inclut les culottes et les chaussettes et qu’une chaussette = une fringue (ce qui n’est pas précisé…). La vérité, c’est qu’on pourrait facilement acheter 5 fois moins, pour 5 fois plus chers. On consomme 4 fois plus maintenant qu’il y a 20 ans [Extrait du site de Fashion Revolution, les chiffres peuvent varier un peu selon qui fait les estimations: « Not only has production moved mass-market but the way we consume clothing has changed a lot over the past 20-30 years too. We buy more clothes than we used to and spend less on them. A century ago, we spent more than half our money on food and clothes, today we spend less than a fifth. (The Atlantic, 2012). Yet as a society we purchase 400% more clothing today than we did just 20 years ago (Forbes, 2014). Today over 80 billion garments are produced each year (greenpeace). The average American buys 64 items of clothing a year. In the Uk alone 2.15 million tonnes of clothing and shoes are bought every year (University of Cambridge, 2006) yet Uk citizens have an estimated £30 billion worth of unused clothing sitting in their closets (WrAP, 2012)« ]. Est-ce que l’on était mal habillés pour autant avant?

La majeure partie de ceux qui liront cette article font probablement aussi leurs vêtements et ne se reconnaîtront pas dans cet article. Mais voici quand même quelques conseils / quelques questions à se poser pour ceux qui voudraient acheter moins mais mieux (vêtements ou tissus). Il m’aura fallu plusieurs années pour les suivre.

  • En ai-je besoin ? En réalité c’est une mauvaise question car on a rarement « besoin » d’un vêtement. Tant qu’on a quelque chose à se mettre sur le dos, en théorie, on n’a besoin de rien. Mais il ne faut pas exagérer non plus, choisir son look et s’habiller bien avec des vêtements qu’on aime pour se sentir bien font partie des petits plaisirs de la vie. En revanche, c’est évident que si on a déjà 20 tshirts et 2 shorts il va peut-être falloir plus investir au niveau des shorts. J’espère vous parler bientôt du défi « Me Made May » de So, Zo. J’ai commencé sans trop de conviction, et en fait j’en retire énormément d’enseignement sur la façon dont je m’habille. Regarder avec du recul les photos de tous nos looks nous apprend beaucoup sur ce que l’on aime vraiment, et ce qui nous manque dans le placard.
  • En quoi c’est fait ? Ici on n’achète plus que des matières naturelles (coton, lin/chanvre, laine, soie etc.). Le polyester et ses équivalents sont devenus materia non grata à la maison. C’est très désagréable à porter (surtout en été) et c’est un désastre écologique. A chaque lavage, des milliers de micro particules de plastique partent dans la nature. Après évidemment, le coton et ses pesticides peuvent faire bien fort aussi, d’où l’intérêt d’aller plus vers le GOTS, quand on peut. En ce moment, je ne couds quasiment que du tissu GOTS fabriqué en France Amandine Cha et ça nous convient bien 🙂
  • Comment c’est fait ? Alors ça c’est la grande question… Car ce n’est vraiment pas facile de remonter toute la vie d’un vêtement (sauf si on le fait soi-même! Mais il reste toujours le tissu…). L’idée générale, c’est de se renseigner autant que possible sur les marques qui font un réel travail au niveau de leurs employés / leurs sous-traitants. Ou celle dont la production est garantie française par exemple. C’est ça toute la beauté d’acheter moins, on peut prendre le temps d’acheter mieux! Après, le fait d’être connu comme étant une marque éthique ne garantit pas forcément qu’on le soit, en atteste un récent scandale en Nouvelle-Zélande. Je pense quand même que si on achète nos fringues bébés chez le tout nouveau Atelier Mélilot de So & Mélo (c’est trop beau!), ou nos jeans chez 1083 on ne prend pas trop de risques de tomber sur un vêtement cousu en sweatshop 🙂 J’essaierai à l’occasion d’écrire un post sur le peu de marques chez qui on achète (accessoires, pulls etc.).
  • Avec quoi ça irait que j’ai déjà ? Super important, et j’ai mis très longtemps à le comprendre… C’est parce qu’on ne le fait pas qu’on a le syndrome du placard vide même quand il déborde. La règle, c’est d’imaginer environ 2-3 tenues avec ce qu’on veut acheter, et ce qu’on a déjà. Et encore mieux. Ne jamais acheter du premier coup. Attendre une semaine et revenir. Si le vêtement ne va avec rien qu’on a déjà, il y a de grandes chances pour que ce soit un effet de mode. On a vu du jaune partout cette saison, donc on achète du jaune, sauf qu’en fait il n’y en avait pas dans notre placard, et il ne va avec rien, et c’est parce que le jaune on en met jamais et ça nous va pas.

Et petit sondage par curiosité, en moyenne vous, vous diriez que vous achetez (cousez) combien de nouveaux vêtements par an? Il faudrait que je fasse les calculs mais on doit pas en être à beaucoup ici.

Très bonne semaine à tous et à tout bientôt! ❤

xx

PS : Les robes de Meghan vous en avez pensé quoi alors? 😀 Vous avez préféré la Givenchy ou la McCartney (ou la McQueen que Kate avait pour son mariage)?

Projet Bonus pour Amandine Cha : La robe Alice

Voici un projet que je voulais vous présenter depuis un moment! Cousu l’année dernière pour les 3 ans de notre Vivi mais « l’hiver » est arrivé d’un coup et la robe, portée sous un gilet du coup était plus dure à photographier.

Et si encore ce n’était que le gilet, mais chez nous, même si évidemment comme tous les parents du monde on pense avoir les enfants les plus mignons du monde, la fibre du mannequinat n’est pas dans les gênes… Je suis souvent émerveillée en voyant les photos de certaines mamans sur Instagram. Leurs enfants sont si beaux, si bien coiffés (chez nous, la choupette a une durée de vie de 30 secondes, le temps de la trouver et de l’arracher), et surtout leurs photos sont nettes (= leur enfant n’a pas bougé). En gardant cela en tête, vous admirerez donc le travail du photographe (Steve qui a du courir un fou par 30 degrés derrière et/ou devant la trottinette) qui a réussi à « capturer » la robe préférée de Vivi.

Lire la suite

Troisième projet pour Amandine Cha : Une petite robe Colombine

Mon Dieu que j’ai du retard sur ce blog… Entre les visites de et à la famille (qui occupent la plupart des vacances quand on est expat), le travail, les petites, il ne restait plus très longtemps pour la couture (quoique on trouve toujours du temps pour ça 😉 ) et encore moins pour le blog. Il faudrait 3 vies en une ! (même pas eu le temps de regarder la suite d’Outlander ces dernières semaines !)

J’ai donc préféré utiliser Instagram pour garder un contact avec le monde de la couture et partager mes réalisations, plus immédiat et plus rapide. Un mur blanc et zou c’est posté. Enfin non corrigeons : après avoir passé 1h à vider le bureau et dégager le mur pour qu’il devienne blanc, et s’être contorsionnée dans tous les sens en grimpant sur le bureau pour obtenir une prise de vue correcte avec le téléphone, zou c’est posté.  Ça reste quand même plus simple que de prendre des photos en extérieur.

Pour autant, je trouve Instagram trop instantané et assez frustrant, donc je vous promets de rattraper mon retard sur le blog. Car sur le blog, les photos sont de meilleure qualité, on voit mieux les détails, le tissu et je ne sais pas vous mais j’aime souvent me promener sur la blogosphère avant de coudre un nouveau patron pour avoir les avis des couturières sur un patron/un tissu. Ça permet souvent d’éviter l’étape toile !

Lire la suite

Mes recommandations Netflix…. <3

Aujourd’hui je voulais vous faire part de mes coups de cœur Netflix, car je me dis que si vous lisez ce blog il y a toutes les chances que vous vous reconnaissiez aussi dans les 10 affirmations suivantes:

  • vous courez chez le marchand de journaux acheter l’Officiel 1000 Modèles Haute-Couture après les défilés ;
  • vous pourriez rester (facile) une journée dans un magasin de tissus à tout dérouler et tout toucher ;
  • vous rêvez d’une exposition itinérante qui s’appellerait « les toilettes de James Bond girls des années 60 à nos jours » ;
  • d’ailleurs vous avez vu l’expo Dior au Musée des Arts Decos, l’expo Balenciaga au V&A museum et l’expo Margiela au Palais Galliera (quoique…) ;
  • si vous gagniez au Loto, votre rêve serait d’acheter tout le stock de chez Joel & Sons Fabrics. Et puis de Stragier aussi tant qu’à faire ;
  • vous avez arrêté de regarder les séries à succès comme « Lost » ou « Orange is the New Black » car vous auriez aimé à un moment que les personnages se changent ;
  • quand quelqu’un vous parle, vous ne pouvez pas vous empêcher de décortiquer sa tenue et les finitions (surtout les pinces, perso j’ai une obsession avec les pinces…). Pareil avec les modèles dans les vitrines des grands magasins ;
  • votre toute première série préférée c’était « Sex and the City » ;
  • vous suivez le Festival de Cannes pour les toilettes des actrices, le palmarès vous indiffère pas mal. Pareil pour les Oscars/Bafta/Césars ;
  • d’ailleurs en général vous admirez plus les costumier(e)s que les acteur/rices des films ;

Si vous avez plus de 5 « Oui », je pense qu’il y a des grandes chances que vous ayez les mêmes goûts Netflix que moi 😉 Alors évidemment, je regarde aussi des séries avec des acteurs en combis galactiques ou mal habillés hein! Mais il faut que le scénario soit vraiment mais vraiment bon (ou que mon mari insiste vraiment…)! Genre « Top of the Lake » (Bon là il y avait aussi la Nouvelle-Zélande!). Sur ce, voici mes chouchous du moment qui devraient vous plaire…

Lire la suite

Second projet pour les tissus Amandine Cha : Un pantalon Gaston

Et voici mon deuxième projet dans le cadre de « LTA Greenseamstress » ❤ !! Pour faire un petit résumé très rapide pour ceux(lles) qui auraient manqué le premier post de Décembre, je fais partie de l’équipe des couturières qui ont eu le privilège d’être choisies par Amandine Cha (Les Trouvailles d’Amandine) pour tester leurs différents tissus. Tous les 2 mois, nous présentons nos réalisations dans une catégorie de tissu donnée (satin, gabardine etc.) ainsi qu’un article détaillé sur le blog pour vous donner notre retour objectif sur le tissu. C’est ça que je trouve génial, c’est qu’Amandine est 100% dans ce en quoi elle croit. Elle ne veut pas qu’on lui dise que tout va bien dans le meilleur des mondes si on ne le pense pas. Elle veut proposer un produit de la meilleur qualité possible qui ne bougera pas dans le temps. Ça veut dire recueillir les impressions détaillées de toutes les testeuses.

La dernière fois il s’agissait donc des satins de coton. J’avais complètement été conquise par sa qualité, sa douceur, son tombé et sa texture. Un régal à porter en mi-saison. Vous pouvez d’ailleurs retrouver les avis de toutes les autres testeuses sur ce lien. Cette fois-ci la catégorie est gabardine-natté de coton. J’ai opté pour la gabardine en coloris  « driftwood » qui n’est ni vraiment gris, ni vraiment kaki. Super joli. Pour le patron, ce sera un pantalon : le pantalon Gaston de RDC.

Lire la suite

Tuto DIY : Le col roulé Marsala

Souvent en couture, on coud au coup de cœur. Et les coups de cœur vont plus facilement vers l’imprimé flashy qui va immédiatement capter notre regard que vers l’uni beaucoup plus triste qui se cache à côté. On achète souvent plus facilement un trop beau Liberty qu’une batiste toute simple. Le seul souci c’est qu’on se retrouve alors avec un placard qui déborde, mais rien qui va ensemble.

Pour être honnête pendant longtemps j’ai cousu comme ça, et je me suis retrouvée avec beaucoup de vêtements qu’au final je ne mettais qu’une ou deux fois, au mieux. Maintenant j’essaie vraiment de penser différemment. De considérer mon dressing comme un tout plutôt qu’une accumulation de vêtements bien distincts. Ce qui veut dire que parmi les pièces un peu plus originales il faut des basiques (je dis ça, mais en même temps je porte mon col roulé avec un jeans 😉 ). Le rôle des basiques c’est un peu de lier tout le dressing. Et je ne sais pas vous, mais je trouve qu’on oublie trop souvent de les coudre.

Lire la suite

Très belle année 2018!! Et bilan 2017 :)

Bonjour bonjour 🙂 Je vous souhaite à tou(te)s (et à votre famille ❤ ) une très très belle année 2018!! Que vous puissiez en profiter pleinement et que vos plus beaux projets se réalisent, personnels, professionnels, couturesques et autres 🙂 C’est toujours un réel plaisir pour moi de vous lire et de voir que vous êtes chaque année plus nombreuses à vous reconnaître dans ce blog et ralentir votre consommation.

A ce sujet d’ailleurs, chaque fin d’année c’est l’heure des bilans, et chaque début d’année, l’heure de se donner de nouveaux objectifs. 2017 n’aura pas été ici une année particulièrement productive (au niveau création). Entre la naissance de la deuxième tornade (je vous promets par contre que ce n’est pas nous qui avons appelé Météo France en décembre !! ) et la reprise du travail, la place qui restait pour la couture n’était pas bien grande (8 projets pour moi, 2 pour Steve, 4 pour les filles). J’espère vraiment pouvoir plus m’y consacrer cette année, car on est bien loin des objectifs de l’année précédente. Non pas que je souhaite coudre toutes les semaines (même si j’adore ça!!) car ça irait contre nos principes de réduction de la consommation, mais j’aimerais pouvoir plus me consacrer à l’élaboration de basiques intemporels, avoir une garde-robe plus étudiée, de meilleure qualité. J’ai commencé l’année dernière en triant et remplaçant doucement tous les vêtements importables ou abîmés (déformés, rétrécis, peluchés, troués, râpés etc.) par des vêtements cousus main, petit à petit ma garde robe comprends de plus en plus de vêtements cousus main à mon image mais il y a encore du chemin à parcourir.

Une des étapes les plus importantes je pense c’est pouvoir identifier son style, son vrai style, pas ce que l’on coud par effet de mode, mais le vêtement qui nous rendra heureuse même en le sortant du placard 6 mois après. Pour ça, j’ai trouvé l’idée d’Émilie, la jolie blogueuse ultra glamour des Créations du Papillon (si vous ne connaissez pas son blog, filez y faire un tour), absolument excellente. Ça fait 2 ans qu’en janvier, elle revoit et analyse tout ce qu’elle a cousu dans l’année, et partage avec nous, en toute honnêteté son ressenti au travers de son « Win & Fail ». Car en général, quand on écrit un article sur le blog, le vêtement est encore tout chaud sorti de la machine à coudre et on a aucun recul. C’est un peu encore la lune de miel, et il est très rare de lire « j’ai cousu cette blouse parce que j’avais vu un modèle un peu similaire dans le Elle et en fait, c’était une mauvaise idée je l’aime plus du tout et elle est jamais sortie du placard ». C’est pour ça que cette année, j’ai décidé de me plier au même exercice qu’Emilie et revoir toutes mes créations de 2017 en évaluant 4 critères très Slow Fashion : « Portabilité » (Si c’est portable ou pas) ; Confort (Si on se sent bien dedans) ; Durabilité (Si le vêtement passe le test des multiples lavages) ; Style (Si on aime porter le vêtement, qu’il va avec notre style et qu’on le trouve beau). Et voici le résultat 😉

Lire la suite

Premier projet pour les tissus Amandine Cha : une chemise Archer

Voici mon premier projet issu de ma collaboration avec Amandine Cha !! Je vous en parlais il y a quelques temps, j’ai eu le grand plaisir d’être sélectionnée pour faire partie de l’équipe de testeuses des tissus bio et fabriqués en France Amandine Cha. Amandine nous propose donc des échantillons de différentes qualités de coton (popeline, satin, jacquard, gabardine etc.) et nous sommes 100% libre de choisir le tissu que l’on préfère dans chacunes des catégories ainsi que le projet que l’on souhaite faire. La mercerie est aussi fournie, dont ces super jolis boutons carrés, mais pas maline que je suis je n’avais pas compté ceux des manches… oups (remplacés donc temporairement par des ronds sur les photos…)!

Lire la suite

Tuto DIY : Le tout petit leggings « denim » en 12 mois

Les températures tombent (enfin!) à Hong Kong, et c’est donc l’heure de se couvrir un peu plus les gambettes 🙂 je ne sais pas si vous vous souvenez du petit leggings imitation jeans de Vivi (en 2 ans) mais elle l’a tellement mis (ça va avec tout le « jean ») qu’en faire un pour Eleanor en 12 mois / 1 an s’imposait comme une évidence. En plus, vraiment un leggings en 12 mois, c’est cousu en moins de temps qu’il faut pour sortir la voiture, trouver une place de parking et payer chez H&M baby! Même pour moi, et c’est pour dire car je suis hyper lente….

Lire la suite